1ère Embolisation de Prostate

Une nouvelle technique de traitement de l’hypertrophie bénigne de la prostate est en train de voir le jour. Plus de 1 000 patients ont déjà été traités dans le monde avec succès.

1ère embolisation de prostate de la part de l’équipe de Radiologues d’Imapôle Lyon-Villeurbanne ! Un centre Privé en France à proposer ce type de geste interventionnel. Nos experts en photo : Dr jean champagnac et Dr Edouard Purenne

Explications

L’hypertrophie bénigne de la prostate (HBP) se caractérise par une augmentation non-cancéreuse de la taille de la prostate. Cette maladie est très fréquente : elle touche 18 % des hommes à 40 ans, et 50 % à 70 ans. Elle entraîne une compression de l’urètre qui est à l’origine de nombreux désagréments (envies pressantes, mictions nocturnes, infections urinaires…).

Devant ces symptômes, les hommes se voient en général proposer un traitement médicamenteux. Lorsque celui-ci n’est pas ou plus efficace, une adénomectomie (ablation de la partie hypertrophiée de la prostate) peut être réalisée.

L’ALTERNATIVE À CETTE CHIRURGIE EST L’EMBOLISATION DE PROSTATE.

 

 

 

Déroulement

L’embolisation est une technique qui consiste à venir boucher les petites veines à l’intérieur de la prostate hypertrophiée par des microbilles. Moins alimenté par le flux sanguin, le tissu prostatique régresse : une étude a montré que son volume passait en moyenne de 96 à 46 cm3.

Concrètement, un radiologue introduit un cathéter dans l’artère fémorale du patient, puis remonte jusqu’aux artères prostatiques et à la prostate. Là, il injecte les microbilles sous contrôle radiologique. L’intervention se déroule sans anesthésie générale en hospitalisation de jour. On pratique éventuellement une anesthésie locale au point de ponction fémoral. Le radiologue opère des 2 côtés. Il faut compter environ 2 heures d’intervention.

 

Avantages

Avec l’embolisation des artères prostatiques, les complications sont réduites. Certains patients peuvent présenter des douleurs et une difficulté temporaire à uriner. Ces désagréments sont soulagés par des antidouleurs et alphabloquants. L’embolisation n’entraîne pas d’éjaculation rétrograde.

Cette technique est intéressante à la fois :

  • Pour des patients jeunes qui veulent pouvoir continuer à mener une sexualité normale ;
  • Pour des patients très âgés, ou souffrant de pathologies associées, pour lesquels la chirurgie classique est contre-indiquée.

La limitante de l’embolisation est l’état des artères fémorales qui doit être suffisamment bon pour y introduire un cathéter.

 

Imapôle Lyon-Villeurbanne propose cette prise en charge unique à ces patients #Innovation

 

SL

Nos autres actualités

Retrouvez nos articles et les nouveautés dans la section
actualités du site

Centre de préférences de confidentialité